Incroyable : L'homophobie d'une école fait démissionner une sous-directrice d'école après 33 ans de carrière !

Publié le par NicQ

L’homophobie chasse une sous-directrice d’école à Saint-Gilles (Belgique)

DIDIER HAINE

vendredi 14 octobre 2011, 10:34

Des émeutes ont éclaté à l’Institut des Filles de Marie ces mercredi et jeudi. Suite à un vol d’argent, une fouille d’élèves chapeautée par la sous-directrice, homosexuelle, a mis le feu aux poudres. Broyée, Eliane a démissionné.

L’homophobie chasse une sous-directrice d’école à Saint-Gilles

Belga

A l’Institut des Filles de Marie, ça chauffe depuis mardi. En cause : un vol dans les vestiaires des filles durant le cours de gym. 200 euros ont ainsi été dérobés du sac d’une élève. Une fouille – à la demande des élèves de la classe de 5e technique concernée par le vol – a eu lieu sous la surveillance de la prof de gym et d’Eliane, la sous-directrice de l’école : « Je crois que ma carrière est terminée au sein de cet établissement, dit cette dernière. Après ce qui s’est passé, je ne vais pas pouvoir y retourner ».

Texto

Voici l’un des messages qui ont circulé par SMS avant les premières échauffourées :

Demain tous ls eleves de ifm nallez pas en cour fau faire ruina, greve contre gwine (la grosse sou directrice) qui a obligé ls filles de 5eme travaux a ce metre toute nu !!! Faite passé ce message a tous ls eleve de ifm. CEST PA UNE BLAGUE DEMAIN RESTEZ TOUS DAN LA COUR ET FAITE RUINA CNTRE CETTE NYMPHE QUI EST LESBIENNE FAITE TOURNÉ SVP !!!!

 

Car depuis mardi, Eliane, homosexuelle, vit un enfer et a dû faire face à des insultes visant ses choix sexuels. « Dehors la perverse, la lesbienne ! », a-t-elle notamment entendu. Des propos aussi malveillants qu’insupportables, accompagnés d’émeutes, qui ont eu lieu au sein même de l’établissement ces mercredi et jeudi. Une centaine d’élèves du secondaire ont ainsi, à plusieurs reprises, refusé de rentrer en classe. Ils sont restés dans la cour de récréation pour mener la fronde et réclamer la démission de la sous-directrice. Le premier jour, les élèves du secondaire ont été renvoyés chez eux tellement la situation devenait incontrôlable. Des chaises, des bancs ont volé, de nombreux carreaux ont été brisés et les portes des classes des 2e et 3e étages ont été enfoncées…

Que s’est-il réellement passé pour qu’on en arrive là ? Comment les élèves ont-ils pu déceler l’homosexualité d’une femme qui ne s’est jamais épanchée sur sa vie privée ? Les propos tenus par Monseigneur Leonard en début de semaine contre la présence d’homosexuels au sein des directions scolaires ont-ils eu une incidence ? On ne peut l’affirmer. « Nous n’avons jamais discriminé personne », répond en tout cas Daniel Pinte, le président du Pouvoir Organisateur de l’école qui ne savait d’ailleurs « pas avant ces incidents qu’Eliane était homosexuelle. C’est notre sous-directrice, une personne fort discrète, qui a trente années d’enseignement au sein de notre établissement. Elle a toujours consciencieusement effectué son travail et n’a jamais fait l’objet de la moindre critique. »

Et le président du PO d’analyser les causes de l’incident. « Les élèves ont elles-mêmes demandé la fouille, étant indignées par ce qu’il était arrivé à la victime du vol. On a finalement retrouvé l’argent dans la chaussette de l’une d’entre elles. » Las, l’épisode de la fouille s’est propagé à la vitesse de l’éclair au sein de l’établissement, mais pas vraiment comme il s’est réellement passé… La rumeur a pris le pas sur la réalité et les incidents se sont enchaînés. « La sous-directrice a déshabillé les filles, même celles portant le foulard, accusaient encore jeudi matin des élèves de l’Institut. La professeur de gym a fermé le vestiaire à clef, elle a ensuite appelé la sous-directrice. C’est elle qui leur a demandé de presque tout enlever et de rester en petite culotte pour qu’elle les fouille. Elle est ensuite passée d’élève en élève. Même quand l’argent a été retrouvé, elle a continué son inspection. Les grands frères comptent d’ailleurs venir régler leurs comptes avec la sous-directrice… »

Gros comme une maison et complètement faux, mais certains collègues d’Eliane, la sous-directrice ont bel et bien cru à la rumeur mensongère au point d’eux-mêmes tenir des propos homophobes. « Etant donné son orientation sexuelle, comment peut-on admettre cela dans une direction, ça va péter… », a lancé un professeur avant de présenter ses excuses.

Eliane revient, elle, sur la fouille : « Les élèves voulaient absolument qu’on les fouilleOn leur a expliqué qu’on n’avait pas l’autorité nécessaire mais elles ont insisté, on leur a donc fait signer une décharge et, une fois, le butin retrouvé, je suis remontée dans mon bureau et je pensais que l’incident était clos »

A LIRE SUR LESOIR.BE

 


 

Filles de Marie : le directeur dénonce une manipulation des élèves

Rédaction en ligne

vendredi 14 octobre 2011, 14:37

Le directeur de l'institut dénonce la manipulation dont ont fait l'objet les élèves qui ont proféré les injures à l'égard de la sous-directrice. Il a également annoncé des poursuites judiciaires contre les fauteurs de trouble.

Filles de Marie : le directeur dénonce une manipulation des élèves

Thomas Blairon

A la suite d'insultes homophobes qui ont provoqué le départ de la sous-directrice de l'Institut des Filles de Marie situé à Saint-Gilles, Paul Straetmans, directeur de l'établissement, a dénoncé vendredi la manipulation dont les élèves qui ont proféré les injures ont fait l'objet. Il a également annoncé des poursuites judiciaires contre les fauteurs de trouble qui ont provoqué mercredi et jeudi des émeutes à la suite d'un incident impliquant la sous-directrice.

Deux-cents euros ont été volés mardi dans le vestiaire des filles de l'Institut des Filles de Marie pendant le cours de gym d'élèves de 5ème professionnelle. Ayant constaté le vol, la professeur de gym a appelé la sous-directrice. Afin d'éviter une intervention de la police, les élèves leur ont demandé de les fouiller elles-mêmes. Les deux femmes ont, dans un premier temps, refusé avant de céder à leur demande. Les élèves se sont alors présentées individuellement en sous-vêtements devant la professeur de gym. La sous-directrice se trouvait dans un autre local pour fouiller les sacs et a retrouvé la somme d'argent dans les chaussettes d'une élève.

Des élèves du premier et second degré, arborant des t-shirts « Touche pas à mon intimité », ont ensuite provoqué des émeutes et dénoncé l'homosexualité de la sous-directrice. Selon Paul Straetmans, ils n'auraient pu obtenir cette information eux-mêmes et quelqu'un la leur a donc fournie pour des raisons qui restent à éclaircir.

(belga) A LIRE SUR LESOIR.BE


M.A.J. : 15 Octobre 2011

(...)

 D’autre part, l’évêque belge et homophobe Leonard s’est prononcé en début de semaine sur la prise en compte des éléments de la vie privée pour sélectionner les équipes de directions scolaires, dans le plus pur mépris des règles du droit du travail… Cet évêque s’étant distingué par des condamnations répétées de l’homosexualité, on se doute bien que ces éléments de privé ne se limitent pas seulement au mariage ou au divorce, mais aussi à l’orientation sexuelle. Les vrais auteurs des violences commises à l’institut des Filles de Marie ne sont donc pas forcément les élèves, mais plutôt ceux qui, directement ou indirectement, ont attisé la haine des jeunes contre une enseignante dont le seul tort a leurs yeux est de ne pas être hétérosexuelle.

Les médias ont d’abord annoncé qu’Eliane avait donné sa démission, et qu’elle ne retournerait plus jamais à l’Institut des Filles de Marie. En réalité, il semblerait qu’elle souhaite plutôt faire valoir son bon droit et être plus forte que ceux qui ont voulu la chasser. Nous lui souhaitons beaucoup de courage, et espérons qu’elle trouvera beaucoup de soutiens à ses côtés.

Source : YAGG.COM (et retrouvez l'intégralité de l'article)

Publié dans ça fait l'actu

Commenter cet article

Marcozeblog 20/11/2011 20:28

Quelle horreur !