Hitler... Désolé, j'ai rien trouvé de mieux pour mon titre.

Publié le par NicQ

Il était une fois… Hitler

AGNES GORISSEN

mardi 18 octobre 2011, 09:51

Ils avaient déjà livré le fabuleux « Apocalypse », sur la Deuxième Guerre mondiale. Daniel Costelle et Isabelle Clarke reviennent avec l'ascension de Hitler. Terrible mécanique.

Il était une fois… Hitler

Hitler immortalisé de façon « wagnérienne » par Hoffmann, son photographe attitré, celui qui lui a présenté Eva Braun © RTBF

Atous ceux qui pourraient se demander si dresser un portrait de Hitler aujourd'hui a encore une utilité, un récent sondage Dedicated Research pour Paris Match a apporté une réponse on ne peut plus claire : 43 % des Belges y estiment que le nazisme « comportait des idées intéressantes », surtout sur les plans nationaliste et économique, même s'il est « essentiellement critiquable » ou « en partie critiquable » – et la proportion est semblable en Flandre et dans la partie francophone du pays.

Voilà qui ne fera que conforter Daniel Costelle et Isabelle Clarke dans leur démarche : après Apocalypse, sur l'ensemble de la Deuxième Guerre mondiale, ils nous livrentApocalypse Hitler, chronique de l'ascension du dictateur – on s'arrête une fois qu'il a les pleins pouvoirs et que plus personne ne peut lui faire de l'ombre. A l'aide d'images largement inédites (et en tout cas inédites en couleurs), trouvées en farfouillant dans des archives allemandes qui n'étaient parfois pas numérisées, le duo retrace à la fois le parcours personnel qui a façonné l'homme et les circonstances extérieures qui ont aidé cet être assoiffé de pouvoir et convaincu de sa supériorité à s'imposer – comme une mise en garde en ces heures sombres de crise économique.

Résumer ici les deux épisodes de 52 minutes serait impossible – et le plus important est de toute façon de les regarder. On va juste en épingler quelques points.

Révélations. Outre les images elles-mêmes, pour la plupart jamais vues, Costelle et Clarke ont découvert qu'avec une petite équipe de stylistes allemands, Hugo Boss était celui qui avait dessiné les uniformes bruns des SA, les tenues noires des SS ainsi que les uniformes des jeunesses hitlériennes. La plupart des gens apprendront aussi que le fabricant de voitures américain Henry Ford soutenait financièrement les nazis en leur donnant tous les bénéfices de la vente de ses voitures en Allemagne et qu'il envoyait 50.000 dollars à Hitler à chaque anniversaire…

Première Guerre mondiale. « La Première Guerre mondiale a été le moment le plus inoubliable et le plus sublime de mon existence terrestre », a écrit Hitler dans Mein Kampf. C'est là que le petit caporal, simple estafette courant de tranchée en tranchée pour porter des messages, apprend à mépriser la vie humaine. C'est aussi en 1918 que, soigné dans un hôpital pour une cécité provoquée par des gaz, il entend la « voix » qui lui dit de restaurer la grande Allemagne et l'honneur du peuple allemand.

Ascendance juive. Hitler avait établi des « critères de protection du sang » : chacun devait pouvoir prouver que ses quatre grands-parents n'étaient pas juifs. Ce que le dictateur n'a jamais pu faire : son père est né de père inconnu et d'une mère qui est tombée enceinte alors qu'elle était femme de ménage dans une famille de notables juifs.

A LIRE SUR LESOIR.BE

Publié dans Info Queer TV

Commenter cet article